Non classé

Achat de tenues militaires : Le prochain scandale au sein de l’armée !

La loi d’orientation et de programmation militaire, qui permet de voler et s’enrichir, illégalement et impunément, n’a pas révélé tous ses secrets. En effet, un nouveau marché, des plus scandaleux, est en préparation. Il s’agit de la fourniture d’uniforme militaire.

Au cœur de ce futur prochain scandale, un député et un général de l’armée. Pendant que l’on s’inquiétait de la tournure des évènements à Boulkessy et Mondoro et que l’on procédait au décompte de nos morts, tenez-vous bien, ces deux hommes commerçaient, tranquillement, avec un certain Karagnara (chercheur de marchés de son état), sur comment se faire un peu plus d’argent sur le dos de nos militaires qui, malheureusement, tombent comme des mouches, faute d’équipements adéquats.

Cette fois-ci, selon nos sources, la trouvaille est simple : il faut monter, de toutes pièces, un marché de plusieurs milliards relatif à la fourniture de tenues militaires, casques et autres rangers qui, selon nos trois amis, peuvent passer facilement.

Surtout, soutiennent-ils, il y a un moment que nos troupes n’avaient pas été dotées. Ainsi, a-t-il été convenu un coût de 40 000 FCFA l’unité, alors même que la tenue de nos soldats se situe toujours entre 2 et 20 euros (vous pouvez avoir la confirmation sur internet).

Donc, la tenue la plus chère de nos Fama n’a jamais dépassé 20 euros, c’est-à-dire entre 12 000 et 13 000 FCFA. En d’autres termes, les deux tiers, à tout le moins, plus de la moitié du montant qui sera décaissé dans le cadre de ce marché, atterriront dans les poches de notre ami député, le général d’armée et l’opérateur économique véreux, le dénommé Ibrahima Karagnara.

Ce dernier n’est d’ailleurs pas à son coup d’essai. Son nom avait été cité, il y a quelques années de cela, dans un marché fictif de plus de 10 milliards au niveau du ministère des forces armées. Il avait, à l’époque, dans le cadre de ce marché, facturé un camion-citerne à 210 millions de nos francs. La presse en avait suffisamment parlé.

Un nouveau marché de 10 milliards de FCFA, avec des camions citernes facturés à 210 millions l’unité, des camions de transport de troupes (10 tonnes) à 115 millions l’unité, des pièces de rechange etc., le total TTC faisant 9 milliards 959 millions 230 mille 680 FCFA.

Il s’agissait du contrat n°2014/034, relatif à la fourniture de camions de transport de troupes et de citernes à carburant au ministère de la Défense et des Anciens combattants. Il a été conclu entre le ministre de la Défense et des Anciens combattants, et signé le 20 mai 2014, et le Directeur général de «Commerce International pour le Mali (CIM)», Ibrahim Karagnara, qui, lui, y a apposé sa signature le 18 mai 2014.

Ledit contrat, faut-il le rappeler, a été visé par le contrôleur financier le 22 mai et enregistré par le Secrétaire général du gouvernement et au service des impôts du Centre V le 30 mai. Il a été financé par le budget d’Etat (exercice 2014 et 2015), à hauteur de 100% pour un délai d’exécution de 18 mois.

Le mode de passation du contrat faisait référence à «l’article 8 du décret n°08-485/P-RM du 11 août 2008, modifié, portant procédures de passation, d’exécution et de règlement des marchés publics et des délégations de services publics» ou code des marchés publics.

Dans le contrat figuraient 15 camions citernes de 6 m3/4×4/2 ponts de 120 millions l’unité soit 1 milliard 800 millions pour les 15. Il contient également 2 camions citernes à carburant de 18 m3/6×6/3, également de 210 millions l’unité, totalisant 420 millions, les deux.

Le prix réel du camion-citerne de 6 m3/4×4/ serait de 29 millions de FCFA l’unité, au lieu de 120 millions l’unité. Les 15 coûteraient donc 435 millions au lieu de 1 milliard 800 millions. Les deux citernes à carburant de 18 m3/ 6×6/ auraient coûté 77 millions au lieu de 420 millions de FCFA, car le prix réel de l’unité est de 38,5 millions au lieu de 210 millions.

La différence entre les prix réels et le montant de la surfacturation était énorme. Les véritables prix de l’ensemble des 51 camions compris dans ce contrat étaient de 2 milliards 424 millions, alors qu’ils ont été facturés à 7 milliards 804 millions de FCFA. Une différence de 5 milliards 380 millions de FCFA.

Nous reviendrons sur le paiement de ce marché qui a aussi suscité un désordre total au sein du gouvernement, à l’époque, entre le ministre des Finances Mamadou Igor Diarra et certains responsables politiques et membres de l’exécutif.

Ce rappel, à notre avis, était nécessaire, car il est prévu de mettre en œuvre et en avant les mêmes procédures dans le cadre de ce futur marché de fourniture de tenue aux Forces armées maliennes.

À suivre…

Moussa Touré

NOUVELLE LIBÉRATION

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

deux × deux =