décembre 8, 2022
Actualités Société

Braquage au Grand marché de Bamako : Trois bandits lynchés

mali24

Trois braqueurs ont été lynchés mercredi dernier par une foule déchaînée. Ils tentaient de s’enfuir après avoir essayé de braquer un véhicule avec à son bord le comptable de la société TVS TCSONS Trading (un Indien) et son chauffeur (un Malien).

Ceux-ci revenaient du siège d’une banque de la place, après y avoir retiré la colossale somme d’environ 300 millions de Fcfa. Évacués au CHU Gabriel Touré par la protection civile, le décès des bandits sera constaté par le médecin de garde. Les faits se sont déroulés aux environs de 15 à 16 heures au Grand marché, dans la rue Carron.

Les trois individus armés, venus sur une mototaxi, suivaient visiblement le véhicule transportant les fonds, selon la police. Ses occupants se rendaient au siège de leur société sise au Grand marché de Bamako. Les bandits ont alors profité de l’arrêt du véhicule pour passer à l’action.

Pendant qu’un manœuvre déchargeait de l’engin un des sacs contenant plus de 270 millions de Fcfa, un des brigands a surgi, avant de pointer sur lui une arme à feu (un PA de fabrication industrielle), lui intimant l’ordre de donner le sac. Face au refus du manœuvre, l’assaillant a fait un tir de sommation avant de s’emparer de la sacoche.

Le manœuvre s’est défendu en lui assenant un coup avec une barre de fer. Le braqueur a riposté en tirant deux coups de feu. Une des balles a malheureusement atteint l’avant-bras gauche d’un riverain venu à la rescousse du manœuvre.

Cette scène aurait suffi pour ameuter la foule qui n’a pas attendu pour agir. Les trois braqueurs seront sérieusement tabassés par la foule déchaînée. L’arme et la moto des gangsters seront saisies par les policiers. «Le second sac contenant la somme de 23 millions Fcfa demeure pour le moment introuvable. Le comptable indien doit être entendu aussi dans les heures à venir», selon des sources au commissariat du Centre commercial où une enquête est ouverte.

Hier jeudi matin devant des échoppes, dans le secteur longeant la rue où le lynchage a eu lieu, les discussions allaient bon train. La vindicte était pratiquement au centre des causeries. Chacun commentait à sa façon les circonstances des faits.

Aucun d’eux n’a souhaité en parler à notre demande. «Je n’en sais pas plus que vous», «au moment des faits je n’étais pas présent», «c’est ce matin même que je l’ai appris», «c’était en présence de mon voisin, mais il n’est pas là pour le moment», affirmaient les quelques individus interrogés près du lieu du crime encore jonché de cailloux et de morceaux de bois ayant servi à lyncher les malfrats.

Par Tamba CAMARA

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

4 × un =